La classe relais

Principes Généraux :

«  Les Dispositifs Relais visent un double objectif de resocialisation et rescolarisation, éléments indissociables pour qu’un jeune puisse reconstruire une image positive de lui-même et élaborer un projet authentique de formation » (Circulaire du 12 juin 1998)

Ils participent à la diversification des voies que peut emprunter le collège pour «  … assurer à tous les jeunes sans exception l’acquisition d’une culture générale et d’une qualification reconnue » ( loi d’orientation du 10 juillet 1989) .

La classe relais n’est ni une orientation, ni une filière, ni une structure de relégation. Elle n’a pas de rôle disciplinaire.

«  Toute admission qui se présenterait comme le résultat d’une sanction s’imposant à l’élève contre son gré compromettrait la réussite du projet. » ( Circulaire E.N du 12 juin 1998)

Public concerné :

Des jeunes de 14 à 16 ans, se trouvant en voie de déscolarisation, voire en rupture totale de scolarité cause :

-d’une démotivation dans les apprentissages;

-d’un absentéisme important;

-d’un comportement « hors normes »;

-d’une présence vide de sens;

Ces jeunes posent problème au sein de l’institution scolaire et ils n’ont souvent plus de repères sociaux à l’extérieur de l’établissement.

Pour tenter de répondre à ces difficultés, une classe relais fonctionne sur le département de la Mayenne depuis 14 ans. Elle a accueilli plus de 100 élèves.

Objectifs :

– Rescolariser et resocialiser, dans une dynamique complémentaire, pour permettre à l’élève de:

-analyser les difficultés qu’il rencontre;

-reprendre confiance en ses capacités, restaurer une image positive de lui-même;

-construire un projet d’avenir et s’y investir;

-réintégrer au plus vite un circuit de formation (collège, apprentissage).

La classe relais instaure le cadre d’un travail permanent sur la socialisation: respect de l’autre, intégration au groupe, compréhension et acceptation des règles de vie commune, reconnaissance et respect de la loi, élaboration d’attitudes constructives et coopératives. 

Plus largement, le dispositif relais vise à mettre en réseau les différents partenaires institutionnels ou éducatifs, et à rechercher leur implication. 

Admission :

Le dispositif relais est placé sous la responsabilité de l’Inspecteur d’académie.

Le signalement d’un élève pour lequel un accueil dans la classe relais paraît constituer une solution adaptée, relève de l’initiative du principal du collège où l’élève est inscrit.

Une commission d’évaluation étudie la situation du jeune, et décide de son entrée en classe relais.

Un premier entretien avec le jeune et sa famille permet à l’équipe éducative de présenter l’admission comme une aide et non comme une sanction. Il a également pour objet de recueillir « l’accord du jeune et le consentement de la famille ».

Les moyens :

– Une équipe pluridisciplinaire garante d’un espace pour une parole entendue : celle du jeune, de la famille, des enseignants et des divers adultes co-éducateurs de l’élève.

-Une pédagogie différenciée, diversifiée, adaptée et évolutive.

-Des contenus scolaires ajustés aux capacités des élèves .

-Un lien avec le collège d’origine selon des modalités plurielles.

-Une reconnaissance de la famille : comme relais pouvant s’impliquer.

Le contrat éducatif:

Un contrat sera élaboré avec le jeune, les parents et l’équipe pédagogique.

Il est indispensable qu’à son arrivée en classe relais l’élève puisse avoir deux référents spécifiques de son collège d’origine, l’un pour la vie scolaire , l’autre concernant l’enseignement.

Le retour en collège ou l’orientation professionnelle se préparent de façon concertée entre la classe relais et le collège.

A l’issue d’une session l’élève rejoindra son collège d’origine, à moins qu’une décision de maintien en classe relais soit prise.

Le Lien

La période d’accueil de l’élève est fixée à 12 semaines . Par conséquent, un lien doit être entretenu avec les collèges d’origine:

-par des cours au collège, lorsque l’élève et l’établissement d’origine sont encore en mesure de vivre positivement quelques heures d’enseignement dans des disciplines choisies en commun.

-par la fréquentation des infrastructures du collège de rattachement ( Self, CDI, Salle multimédia, gymnase…).

-par la participation choisie, sur proposition de l’équipe et en concertation avec l’équipe du collège de rattachement, à des activités d’enseignement sous la conduite d’un professeur volontaire.

par la mise en place de correspondances réciproques avec le collège d’origine via la messagerie électronique et des temps de rencontre programmés.  

-par la désignation de tuteurs (le CPE et un enseignant) pour l’élève, avec lesquels l’équipe préparera le retour du jeune dans son établissement d’ origine.

Dans le cas d’un projet de ré-affectation dans un collège différent de celui d’origine ou d’un projet de formation professionnelle, une appropriation progressive et accompagnée, de la structure peut être envisagée selon des modalités choisies en concertation avec l’équipe d’accueil.

Une pratique pédagogique au service du sens :

-Une pédagogie différenciée au sein du groupe pour tenir compte de la spécificité de chaque élève.

-Une pédagogie diversifiée au travers des situations proposées, des contenus et de supports variés.

-Une pédagogie adaptée et évolutive grâce à la mise en place des conditions permettant l’écoute et l’expression des élèves:

-en groupe (débats à visée philosophique, quoi de neuf ?)

-ou individuellement (évaluations des acquis scolaires et comportementaux avec mise en place de contrat hebdomadaire aux objectifs clairs et définis avec l’élève).

-Une pédagogie de la réussite :

-en mettant l’accent sur ce que l’élève maîtrise déjà, lors d’évaluation diagnostique.

-en proposant des activités de difficultés réelles mais graduées.

– en attribuant à l’erreur un statut constructif

– en évitant la reproduction des situations d’échec antérieures

– par la reconnaissance objective des progrès et l’analyse commune des difficultés pour les dépasser.

– Un recours régulier à la méta-cognition : « je sais que je sais faire et comment j’opère »

-au coup par coup ou de manière formelle

-pour éclairer chaque élève sur l’existence, la nature et la pertinence de ses démarches cognitives;

-pour en tester de nouvelles à partir de celles qu’il met déjà en œuvre et qu’il a repérées et par la confrontation avec celles de ses camarades.

-pour élaborer des stratégies efficaces, économes et rassurantes.

Le but est de mettre du sens et de clarifier les enjeux, d’aller vers une acceptation du risque d’apprendre.

Le retour de l’élève :

Pour le retour de l’élève au sein de son collège d’origine ou dans un autre, l’équipe de la classe relais définit avec l’équipe éducative en place dans l’établissement, les modalités de celui ci.

-Pour ce faire, les chefs d’établissement, les tuteurs ainsi que les travailleurs sociaux du collège doivent se réunir. Il apparaît souvent nécessaire de mettre en place un parcours individualisé pour l’élève ( alternance, temps de parole individuel inscrit dans l’emploi du temps, retour en classe inférieure pour certaines matières dans un but de remédiation…). L’échange entre collège d’origine et classe relais perdure au delà du retour de l’élève tant que le besoin s’en fait sentir.

Notons enfin qu’une des missions de la classe relais est d’amener la famille de l’élève à soutenir le projet mis en place pour leur enfant, mais aussi à reconstruire des relations avec le collège. C’est pour cela que nous devrons impliquer les parents au retour de leur enfant dans un établissement et faire que l’élève reconnaisse et respecte l’engagement de ceux ci.